Et si j’écrivais à temps plein

Au Québec, si tu dis à tes proches que tu veux devenir écrivain, en général ils te donnent leurs condoléances. Ouais ! Ce n’est pas très payant. Il y a peu d’élus pour le nombre de passionnées. Peu de lecteur pour le nombre d’auteur ! Si je m’arrêtais à ça, je ne ferais pas grand-chose de ma vie. Vous non plus d’ailleurs. Nous avons une très grande capacité à s’autodétruire ou échouer avant même d’essayer. D’accord, pour faire de l’argent avec nos manuscrits, il faut bucher et piocher… encore et encore !

Conseil à venir ! Attention !

Si vous vous laissez envahir par une telle pensée, elle deviendra votre quotidien. Acceptez les conditions dans lesquelles vous êtes présentement, améliorez-les et cessez votre inertie.

Quand je suis au travail, je veux écrire. Quand je suis enfin chez moi, je n’écris pas. Si j’étais à temps plein dans l’écriture, j’aurai des romans et j’en ferais mon métier. Je veux vivre par mon écriture.

Dans la magie des mots de Julia Cameron, elle a fait résonner en moi cette pensée, de mettre le poids financier sur notre passion est dangereux et cruel. Il est là le véritable problème. À tenter d’espérer le tout ou le rien par l’écriture ne vous mènera à rien.

Regardez votre situation comme un gestionnaire. Analysez votre horaire. Détectez vos temps « morts », utilisez-les pour vous reposer ou pour travailler une partie de votre écriture. Selon vos moyens évidemment, prévoyez vos déplacements, vos pauses, vos journées off ou vos weekend avec séance d’écriture. Par exemple, j’ai réalisé que je passais une heure à deux heures dans le transport en commun. Je ne suis pas toujours assise, mais quand je le suis, je gaspille des minutes de mon forfait sur mon cellulaire. J’ai passé à l’acte et je me suis acheté un ordinateur portable tout riquiqui, le plus bas prix possible. Juste pour avancer des petits textes ici et là. Si c’était une phrase, c’était une phrase de plus à mon histoire ! Pas d’argent pour un ordinateur portable, un calepin et un crayon sont bon marché en général.

Oui l’argent. Oui le temps. Oui les enfants, la famille, les diners, les nids de poule, le trafic, la voiture, le voisin, le gazon, l’arrosage, la pluie, le collègue trop bavard… et j’en passe. Dans les excuses on a déjà compris que les humains sont experts, mais quand est-il de la prise de décision et de l’action ? Pourquoi attendre d’être à la retraite pour décider de vivre ? L’écriture, moi, j’en vis déjà en temps plein. Dans ma tête. Dans mes veines. Dans mon travail. Dans mes interactions sociales… En effet, il n’y a pas une seule seconde que je n’y pense pas.

Qu’est-ce qui vous empêche d’écrire ? Qu’est-ce que vous fabulez sans jamais dire « stop » ? Comment est votre horaire ? Avez-vous des plages réservées à votre passion ? Parlez- en ! Donnez vos trucs ! Parlez-moi de vos arrangements.

Où écrire

Crémazie est, et de loin, une station à l’opposée de ma destination normale. La ligne orange comme on la nomme pour le métro Montréal est pour moi un vaste territoire inexploré. J’émerge des tunnels et une brume opaque enveloppe l’autoroute. Je regarde à droite, puis à gauche en quête d’un refuge. J’avance timidement. Je trouve enfin un café hospitalié: Van houtte. C’est une franchise. Donc, fréquentation et hygiène convenable pour la non-aventurière que je suis. J’ai deux heures à tuer, ceci entraine cela, je commence à écrire…

Dans le café, il y a un doux clapotit d’une chutte d’eau. Les bruits des klaxons et l’odeur de la rue ne m’atteind plus. Je suis enfin en sécurité. Je laisse mon imagination me transporter là où bon lui semble. Il y a longtemps que j’ai perdu contre sa puissance enigmatique. Il y a cent histoires dans ce bassin qui me traverse:  des batailles de sireines, des pollueurs aliens et j’en passe. J’observe le vieux qui lit un journal et j’analyse ses mimiques. Je pense à ce caissier sympathique qui m’a rendu de bonne humeur ce matin. Une gorgée de café et mon esprit s’emballe de nouveau. Je croise des yeux une collègue, on se parle un moment. Elle repart et me souhaite une journée de formation agréable. Je replonge dans mon univers. Je continue de tapocher quelques mots. Et si l’écriture pouvait toujours croiser un lieu comme celui-là, il me semble que je serai bien… 

Alors je réalise qu’il le peut et vous le pouvez aussi. Parfois on sent que nous n’avons pas notre petit coin à nous, entre notre partenaire et les enfants. La famille grouille trop et le calme ne s’impose jamais. Au contraire, peut-être le chaos et le bruit sont sources d’inspiration. En ce qui me concerne, j’ai travaillé très dur à construire cette place spéciale pour construire mes histoires et même là, je suis parfois incapable de le faire. Et voilà que je dois allée à X endroit, j’amène mon ordinateur portable « juste au cas où » et je me mets à écrire. Quels sont les factures qui ont influençé ma création ? L’endroit peut-il impacter considérablement ?

Je crois que cela dépend du moment, de nos moyens et de la façon dont ont voit l’écriture. Voulez-vous la voir comme une institution régide par exemple à  un bureau sans artifice avec une lumière tamisée ou à la chandelle et comme seul paysage un mur blanc ? Ou voulez-vous la voir indomptable, étourdissante et incohérente ?

L’important je crois c’est de rester attentif à vos réactions. Quel est l’environnement qui vous soulève jusqu’à l’écriture ? Quelles émotions apparaissent quand vous prenez votre crayon à X ou Y endroit ? Voyez-vous une différence avant, pendant et après ? Est-ce qu’il y a des éléments qui sont ressemblants ou différents d’une séance à l’autre ?

Vous penchez sur votre lieu d’écriture va vous permettre de mieux vous connaitre et mieux établir ce qui fonctionne pour vous. D’appliquer de fois en fois, vos critères qui déterminent une progression plutôt qu’une frustration.