Pourquoi écrire

Ai-je le goût des mots? Suis-je un poète? Ai-je le talent? Comment me qualifier si ce n’est qu’écrivainE puisque je fais l’acte d’écrire? Pourquoi est-ce que je fais ça? Suis-je bonNE dans autre chose?

Une question qui tombe banalement au bout de la langue; Pourquoi écrire? La simplicité de cette interrogation a elle-seule est d’un ridicule! Peut-être trépignant comme vous l’êtes à l’énoncé de ce sujet, vous me faîtes de grands signes de la main sachant la vérité ultime. Toutefois une multitude de réponses et encore plus de matières à réflexion suivent, n’est-ce pas? Alors descendez votre main évitant ainsi de cacher les autres. Et si vous êtes de ceux qui ne pouvez trouver sur le coup  un résultat, il vous faudra creuser… Et vous constatez que la terre est dure et inhospitalière!

Comprendre pourquoi  nous prenons acte est bien utile. La pertinence d’une telle question ne devrait donc pas être mise en doute. Quoi de mieux que de répondre à cette dernière en la fragmentant. Mais avant… Laissez-moi ouvrir une petite parenthèse:

Pourquoi je vous invites à ce questionnement?

Pourquoi se demander pourquoi?

Pour ma part, l’écriture a été longtemps une chose lointaine, abstraite et immatériel. Je ne publiais pas donc je n’avais aucune raison de prétendre à cette vocation. Plus j’avançais dans l’écriture, je réalisais le bien-être que j’avais : la réalisation de soi, l’expression de soi, guérir, l’art, apprendre, etc. C’était de très bonnes pistes, mais elles s’effilochaient à chacun des contretemps, des frustrations, des échecs que je vivais… Alors j’ai dû réfléchir à la raison primaire, l’ultime vérité qui vit en moi qui fait en sorte que je continuais sur ce chemin. Sans cette vérité qui fait de moi qui je suis et que je fais, ce que je fais l’écriture n’avait pas de sens.

Qu’est-ce que je veux ressentir quand j’écris?

Qu’est-ce que je veux apprendre quand j’écris?

Quelle est la raison qui me pousse à continuer d’écrire/persévérer sur ce chemin?

Comment je me sens quand j’écris?

Qu’est-ce que je veux transmettre à travers mon écriture?

Ces questions je me les suis posé. Je me suis mise en retrait de toute mauvaise vibration et de tout dérangement. J’ai fermé les yeux et j’ai fait défilé la première question. La réponse n’est pas venu naturellement. J’y ai buché un moment… Une fois que ma vérité était trouvé, ce qui faisait de moi l’être la plus heureuse quand elle écrivait, je les ai noté sur un papier, j’ai bricolé un peu et affiché à mon bureau. Ainsi, chaque fois que j’ai un doute, une critique, qu’on se fout carrément de ce que je fais, je relis mes propres mots. Ils sont gravés là, devant mon visage, et témoigne de la puissance qui m’habite quand il s’agit de l’écriture.

Cherchez cette puissance en vous. Prenez le temps, l’espace et l’énergie nécessaire à accomplir cette quête. Puisque désormais, plus rien ne pourra ébranler votre conviction et votre droit à l’écriture.