La phase d’exploration de son sujet d’écriture

 

Vos doigts effleurent le clavier. Votre tête a amassé plein d’informations pertinentes. Ces dernières sont mélangées, mais au moins vous savez de quoi votre histoire va parler. Le tri sera fait au fur et à mesure que la poésie vous emportera. Le sujet, ce mot intangible est devenu de la matière vivante. Il est dur et invincible. Vous savez vers quoi vous vous enlignez et personne ne vous fera dévier de votre chemin.

Comment arriver à connaitre parfaitement votre sujet d’écriture? Cela sous-entend que vous avez déjà passé la phase d’exploration (celle qui consiste à trouver un sujet). Alors vous êtes rendu à l’étape de le connaitre dans ses moindres détails ce sujet. Lui trouver des alternatives. Le tourner dans tous les sens pour voir et reconnaitre toutes ses failles possibles, visiter toutes les angoisses qui y sont associées, recherché dans ses profondeurs l’unicité de ce sujet. Mais…comment on a fait ça? Est-ce que c’est en allant bouquiner tous les livres de la rangée qui porte le nom de ce sujet qui nous fait spécialistes du sujet? Est-ce que c’est en allant à l’université, étudier et interroger nos enseignants? Est-ce que c’est en interrogeant tous les spécialistes de notre région? À ça je réponds oui, oui, oui, mais…il y a autre chose à soulever sous le tapis. Et c’est ce que je vais vous expliquer maintenant.

Pour connaitre votre sujet, il vous faudra vous armer de papiers et de crayons et aussi vous transformez en éponge. Cela vous permettra de tout absorber et ne pas filtrer les connaissances que vous allez acquérir, car le tri se fait après. Il est important dans la phase d’exploration de se garder toutes les fenêtres ouvertes. Si vous dirigez trop les connaissances que vous voulez ou pas à cette première étape, il se peut que plus tard dans votre écriture, vous arrivez à une impasse et il vous faudra revisiter vos notes sur votre sujet. Donc, ouverture d’esprit.

Ensuite, il vous faudra éplucher de ce sujet tout ce qui est technique. Alors, rendez-vous dans les bibliothèques,  les librairies spécialisées,  poser des questions dirigées à des professionnels, interrogez-vous sur ce que vous ne savez pas de ce sujet, ce que vous voulez savoir, qu’on vous explique. La technique du sujet est neutre, c’est un cadre. C’est de déterminer tout ce qui s’est fait jusqu’à maintenant à ce propos. Vous pouvez vous tourner vers des capsules YouTube aussi. Beaucoup de gens mettent des choses intéressantes en ligne. Peu importe la source, surtout si vous écrivez de la fiction vous pouvez tricher un peu sur la véracité des liens et pourquoi pas…inventer de nouvelles théories en vous inspirant de ce qui existe ou ce qui manque actuellement dans le domaine. Les magazines, les revues, les journaux, les blogues…

Vous aurez amassé une bonne quantité d’information, mais ce n’est pas encore le moment de trier ce que vous avez ou non besoin. Il est temps maintenant d’aller vous asseoir dans un endroit tranquille (toujours avec un papier et un crayon) et vous installer confortablement pendant plusieurs heures. La tâche la plus difficile est en chemin. Vous allez, à la lumière des connaissances techniques accumulées, vous interroger. Mais il ne s’agit pas de n’importe quelle interrogation! Interrogez votre conscience, vos sensations (les cinq sens) et vos émotions.

  • Comment je me sens à la lumière de ces découvertes?
  • Qu’est-ce que ça goute?
  • Qu’est-ce que je vois?
  • Qu’est-ce que je touche?
  • Qu’est-ce que je sens?
  • Je me sens en sécurité? Insécurisé? Apeuré? Terrifié? En paix? En joie? De quelle façon? Qu’est-ce qui déclenche ça?
  • Comment? Pourquoi ces émotions? Décrivez vos ressentis.

Vous avez besoin d’aller dans les abîmes de votre âme. Vous avez choisi ce sujet pour une raison. Une raison qui vous appartient et qui va vous aider à propulser votre histoire. Renforcer là de vos sensations. Renforcé là de votre histoire, de votre mémoire, de votre questionnement, de votre pensée, de vos projections, de vos douleurs et vos joies. Ce sujet c’est le vôtre, conter par vous…rendez-le unique.

La prochaine recherche, que je fais toujours en dernier c’est d’interroger les gens à propos de mon sujet de prédilection. Qu’est-ce qu’eux (famille, amis, inconnus, autres auteurs, etc) pensent et disent à son sujet. Je le fais en dernière étape parce que je ne veux pas influencer l’étape ou je me questionne personnellement. Cette recherche que j’appelle de l’autre côté de la rivière c’est de sortir les préjugés, les méchancetés, les stéréotypes, le racisme et toutes idées préconçues et non justifiées bonnes, moins bonnes ou déplorables. Ça, cela aide à construire vos opposants dans votre histoire. Le méchant, l’anti-héros, les épreuves de votre héro. ET c’est aussi important sinon plus que vos recherches plus scientifiquement prouvables. Car ça vient chercher tout comme vos propres impressions, l’état et le sentiment pur dans l’individu, dans l’humain. Et si vous cherchez à faire un livre qui touche…il faut partir de vous bien entendu (de ce que vous êtes) et vous confrontez à ce qui fait que les autres ne sont pas vous.

Finalement, vous faites le tri dans vos connaissances. Ce dont vous voulez conserver, ce que vous n’avez pas besoin, les peut-être, les au cas où et les assurément je vais le mettre dans mon histoire! Comme je le dis souvent, vous êtes Dieu. Vous avez un droit de tout. Alors, amusez-vous, surprenez-vous et sur ce…

Bonne écriture !