Pupitre d'élève avec pomme rouge

Nous parlons tous d’écriture, mais à qui se fier?

Depuis un moment déjà, je m’intéresse à tout ce qui attrait à l’écriture. Je lis les ouvrages et les blogues. Je consulte Statistiques Canada et les journaux d’affaires. Je pose des questions à des auteurs et aux gens de mon entourage. Je prends des notes, je griffonne, je me casse la tête. Tout ça, dans le but de maitriser  LE sujet. Écrire, comment est-ce que ça marche c’te patente-là?

On m’a offert récemment, le Guide pratique de l’ABC de l’écrivain par Nadège Devaux. Ce livre a paru en 2006 aux Éditions du Cram. Cette écrivaine que je croyais ne pas connaître, c’est en lisant sa bibliographie que je constate que je mettais fourvoyé. Je connais au moins une œuvre écrite de sa main! Cauchemar d’amour la télésérie jouée par Marina Orsini et Pierre Brassard. Une trame amoureuse et humoristique entre deux personnages qui sont franchement épuisés des rencontres sur internet. (Ça vous dit quelque chose?). Une série qui m’a tenu en haleine et m’a fait miroiter cette belle histoire d’amour.

Ainsi, je feuillette ce guide afin d’y élucider quelques-unes de mes nombreuses questions. L’auteure nous offre un bon aperçu  des différentes sections du roman (préface, dédicace, avertissement…), nous offre plusieurs définitions, un essai sur la communication avec notre lecteur à travers notre style d’écriture et nous propose plusieurs exercices d’écriture pour nous familiariser avec ce gros monstre. Elle nous conseille même sur les dialogues, le titre de notre futur roman et quelques phrases à éviter ( par exemple: s’esclaffer de rire, quand s’esclaffer sous-entend déjà que la personne rigole.)

Ce livre pose de bonnes questions, englobe le métier d’écrivain et offre plusieurs pistes d’exemple pour les définitions. Toutefois, je reste sur ma faim.

Tout d’abord, j’ai accroché à son introduction où elle nous souligne de devoir se « conditionner à avoir un moral d’acier en vous répétant plusieurs fois par jour : J’ai décidé d’écrire mon premier livre et j’irai jusqu’au bout parce que je crois en moi. »

Pense que t’es bon et comme ça tu vas être bon. On peut parler d’un effort joyeux. On peut parler d’ignorer nos voix destructrices, notre égo qui nous dit sans cesse «tu n’es qu’un bon à rien». Oui…mais quel être humain veut délibérément se conditionner ainsi? Peut-on se conditionner à croire que nous sommes bons…quand des fois, nous ne le sommes pas vraiment…

Sans décourager les passionnés d’écriture que je coache, je vous dis plutôt connaissez-vous. N’ayez pas peur. Allez-y, lancez-vous dans le vide. C’est ça écrire. On ne se conditionne pas à écrire. Au plus, on se discipline. Mais la peur, la trouille, nos pensées bonnes ou non, sont là et sont exploitables. Prétendre et se conditionner ne résout rien. Au final, le terme était mal choisi?! Suis-je trop dur? Peut-être. Enfin, l’écriture n’est pas un automatisme. Se mettre réceptif et avoir les bonnes conditions d’écriture ça ne s’oblige pas. Il faut y mettre du temps, de l’énergie et du vouloir.

N’empêche qu’en poursuivant ma lecture, je tombe sur le chapitre qui résume le compte d’auteur, ce qui m’intéresse particulièrement ( je suis en auto-édition moi-même! ). Rappelons qu’il n’existe pas juste une forme pour se publier. Il y a avec un éditeur (maison d’édition), à compte d’auteur et en auto-édition. Avec l’édition, inutile de vous faire un dessin. C’est la grosse boîte qui chemine avec vous et vous avez au final 10%. En échange ces derniers prennent à charge tout et tous les risques.  Tandis qu’à compte d’auteur, cela permet à l’auteur de choisir aux différentes étapes du processus (Correcteur, graphiste, imprimeur, etc), mais en allant négocier avec un ou plusieurs intervenants lesquels vous financer en totalité. On ne se cachera pas, faut avoir les reins solides et il faut choisir avec soin avec qui on voudra faire affaire. Finalement, l’auto-édition ressemble beaucoup au compte d’auteur, à la différence qu’on ne choisit pas le clé en main comme le précédent. Les intervenants seront soient joués par nous-mêmes si nous avons les compétences, par un proche ou un autre tierce partie. Encore une fois, il faut avoir les reins solides et de l’argent à investir. Madame Nadège nous parle de 5 000$. Ce qui selon moi est abstrait. Ça dépend avec qui et quoi? Un graphiste de fou avec 150 couleurs…oui. Noir et blanc selon votre thématique…on ne s’élève pas à 5 000$. Mais à la différence des deux autres, on a un droit de regard, un droit de négociation et un travail de recherche à faire encore plus grand. Investissement monétaire, mais surtout personnel!  Il y a une liberté et une expérience de l’entrepreneuriat très valorisante! Mais attention, tout n’est pas blanc ou noir. Il faut faire nos devoirs et se poser des tas de questions sur les différents sujets.

 

Les photos suivantes sont tirées du guide pratique de l’ABC de l’écrivain de Madame Nadège. Prenez bien le temps de les lire. Prenez bien le temps de comprendre le message qui est envoyé.

C’est fait?

Alors on poursuit. Je dois vous avouer que j’ai eu un malaise rendu à ce chapitre. Non qu’il était mal écrit et qu’il posait une vraie question, mais plutôt que j’ai senti que ce chapitre, ce guide au final qui était commandité par la maison d’édition de l’auteure. Reprenant ses paroles : «Caprice égocentrique…être vaniteux…aucune expérience reconnue…un véritable écrivain…uniquement là…s’il est édité c’est la récompense suprême…»

Donc, si je comprends bien, il n’y a qu’une façon unique et stérile de voir l’édition au Québec? Les personnes qui choisies le compte d’auteur ou l’auto-édition vont nécessairement échouer et être…comment dîtes-vous déjà? Ah oui! Des égocentriques et des personnes vaniteuses qui jouent à la petite vedette! Donc les personnes égocentriques et vaniteuses, les entrepreneurs de ce pays sont, les innovants, ceux qui on oser, ceux qui essaye quelque chose de différent, au final, sont dans le tort?

Je ne sais pas pour vous, mais moi, je suis terrorisée d’un tel langage! Ça, les amis, c’est du dogme. Une seule et unique façon de faire. Une seule pensée. Une seule voie de rédemption. L’édition au Québec a été tenue par les mêmes têtes…ne serait-il pas temps qu’émerge de nouvelles personnes, de nouvelles idées, de nouvelles façons de faire? Non pas parfaite, non pas le même budget, mais une unicité propre à l’auteur. Un auteur qui ne sera évidemment pas révisé par un groupe de 10 personnes afin de le rendre standard à tout le reste. Ça ne sera jamais parfait, entendons-nous, mais ça sera unique et vrai!

Il y a au moins une chose de vraie dans ce qu’elle dit. Allez en auto-édition, il faut savoir vendre. Si votre intérêt est de maitriser et apprendre les étapes de la production d’un livre, allez-s’y foncez! Posez des questions! Ouvrez des romans déjà publier, regarder ce qui est fait! Intéressez-vous! Pas capable de vendre, suivez des cours! Je n’aime pas parler aux gens, engagez quelqu’un d’extraverti. Vous avez entre vos mains un art fabuleux, des écrits uniques, bourrer de fautes peut-être, mais qui peuvent se corriger en débloquant un budget. L’échec fait partie de l’apprentissage du métier. Madame Nadège a essayé 24 fois avant de se tourner et aller voir des producteurs de films. Ben ç’a marché!

Seuls votre cran et votre confiance en votre projet vont vous permettre de pousser toujours plus loin, mais méfiez-vous de ce que vous lisez sur le sujet. Du dogme. L’unique façon de voir les choses. Et si vous êtes le seul de votre domaine ? Eh bien! Quelle chance! Gardez cette avance et foncez. Quand vous regarderez derrière votre épaule, des tas de personnes vous suivront! Mais ça, ce n’est pas en se conditionnant que tout va bien et s’illusionnant qu’on est bon. Non plus en se disant que la seule façon d’écrire et que le but ultime est la publication par la maison d’édition.

Les gens avec un peu d’introspection…ceux qui rêvent et ne s’arrêtent pas à leur échec vous diront qu’il faut persévérer. Voilà un conseil parmi tant d’autres!

Alors, permettez-moi de vous dire que la lecture de cet ABC de l’écrivain n’était rien de plus que du placement et de la commandite. Je vous invite toutefois à le lire pour vous en faire votre propre opinion. La mienne étant déjà faite, je vous cherche désormais le sujet du prochain éditorial!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.