Mal-être

Appelez-nous sans hésiter
1.866.277.3553

Informations

Les journées raccourcissent. La lumière diminue. La froideur de l’hivers souffle sur l’été. Peut-être, vous aussi, vous sentez cette boule dans votre estomac. Mais cette angoisse ne vient pas du fait que tes vacances sont finis ou que l’été s’efface doucement. Non. C’est une sentiment qui te reste coller à la peau. Tu désespères sur la suite de ton histoire…

Aujourd’hui, on parle de sensibiliser les gens au suicide. On parle d’ouvrir notre coeur aux gens qui souffrent toujours.

Moi je te dis attends avant de faire l’inévitable.

Respire. 

Observe.

Je me souviens de mon adolescence. Elle n’était pas toujours rose.

Je me souviens des difficultés familiales. On dirait qu’il n’y en a pas une de parfaite après coup, mais…

Je me souviens de ces ruptures et de ces hurlements.

Je me souviens de tous ces choix que je devais faire et qui m’angoissait au plus au point.

Sache que je suis toujours avec une psychologue depuis mes 15 ans.

Sache que j’ai été dans des groupes anonymes pour avoir du soutient.

Sache que je suis allée à des conférences sur les familles dysfonctionnelles.

Pourquoi ?

J’étais en urgence d’arrêter de souffrir.

J’étais en urgence de me connaitre.

J’étais en urgence de savoir ce que je valais.

Si tu es malheureux (se) en ce moment, c’est le déclic pour te dire, qu’il y a mieux pour toi. Plus beau. Plus fort. Qui goûte bon ! Réparer sa route de vie et guérir pourra te paraître hasardeuse, mais un pas, c’est tout ce que tu auras à faire. 21 pouces.