Ma cicatrice

Décembre 2016 je me faisais opérée à l’index pour un enchondrome. J’ai passé par l’ergothérapie, les médicaments, la douleur. J’ai un Z sur le dessus de mon doigt. Un Z un peu à la Harry Potter ( mais non je ne suis pas l’élue). Il en est fallu de peu avant que je ne perdre la mobilité de ce doigt…après coup j’ai bien appris. Sur moi, ma volonté, mon humilité, ma force.

Nous avons tous une cicatrice. Visible ou non. Elle témoigne de notre passé, de ce que nous nous sommes fait, de ce que nous avons subi. Une cicatrice est là pour nous rappeler que nous avons survécu. Il ne faut pas avoir honte de cette trace sur notre corps. Il faut en éprouver une grande fierté. Nous sommes marqués à vie et nous avons en nous une force incroyable.

Pendant longtemps j’avais voulu me tatouer un petit cœur sur le pouce. Discret et noir. Sans artifice. Chaque fois que j’allais poser mon regard sur le cœur je me serais fait un automatique de me dire que je m’aimais. Cependant, le cœur a été remplacé par ma cicatrice. Elle n’est pourtant pas jolie, pas discrète et ce n’est pas une forme avec un fort symbolisme. À la limite, c’est repoussant. Quand je regarde mon entaille dans ma chair, je ressens un grand amour envers moi. J’ai fait ce que je devais. J’ai été balancé d’un professionnel de la santé à l’autre, je suis une rescapée, j’ai été mutilée par la médecine, j’ai été dans une salle d’opération et j’ai paniqué. Je me fous de ceux qui disent que ce n’était qu’une toute petite opération. Pendant deux heures, mon corps appartenait à un étranger avec un bout de papier selon laquelle on lui donne toute la crédibilité du monde ( le temps que la mode médicale change à nouveau).

Alors, soyons fiers de nos marques. Soyons fiers d’avoir des vergetures. Soyons fiers d’avoir des taches de naissance qui nous barre le visage. Soyons fiers d’un doigt manquant. Soyons fiers de nos cicatrices après opérations. Ceci nous rappelle de faire attention à soi et de nous aimer.

Maintenant, Clique ici