Laisse vivre ton personnage

Mon chapitre 29 me pose problème. J’arrive au dernier quart de mon histoire. L’intrigue doit s’accélérer. J’ai le devoir de répondre aux questions / hypothèses émissent dans le premier quart. Du moins, y répondre en parti… Je sais d’où je viens et je sais où je m’en vais. Qu’y a-t-il entre les deux? Vous avez deviner! Les personnages.

Vous est-il arriver à un maillon important de l’histoire et de vous dire: « Putin! Je suis aller vraiment loin! Comment je fais pour que tout se tienne? » Probablement. Des fois on en dit trop et parfois… pas assez! Cela peut causer des problèmes de chronologies de l’histoire dans son ensemble ( la suite des chapitres). Mon coach d’écriture focus énormément sur les personnages. Au final, ce sont les moteurs de notre histoire. Ce sont eux qui décident d’aller à droite ou à gauche. Un peu aider par notre main, mais est-ce vraiment le cas? Une fois que la personnalité est comprise et qu’elle fusionne avec le cadre de ce que vous racontez, n’est-ce pas le personnage qui décide finalement? Quand je suis arrivée à ce chapitre 29, il me manquait des informations. Je pensais devoir ajouter un autre chapitre pour expliquer le détail que j’avais manquer. Je pensais détruire un autre parce qu’il était inutile. Ce n’était pas encore la bonne solution. Pas  encore. C’était trop définitif et effrayant. Je sentais que quelque chose clochait à mon histoire.

J’ai relu le chapitre avant et celui d’après. J’ai questionné mon personnage. Où tu vas? Que cherches-tu ici? Vas-tu y arriver? Que vas-tu rencontrer? Comment vas-tu réagir? Es-tu triste? As-tu faim? Comment te sens-tu?

J’ai réalisé que mon personnage avait toutes les réponses. Cela fait 28 chapitres qu’elle dirige l’histoire et fait des choix par rapport à sa personnalité… Il est logique que je poursuives sur cette voie, n’est-ce pas?

J’espérais ne pas être tomber sur un de mes caprices ou une réponse rapide pour camoufler un problème… Toutefois quand j’ai retravailler le chapitre en gardant l’objectif clair d’où cela allait aboutir et comment elle devait s’y prendre pour l’atteindre… Cela a été facile. Facile? On s’entend, c’était plutôt ardue. J’ai fini le chapitre 29 en me disant Wow! Comment tu as fait Karine? Toutefois, je n’ai rien fait. J’ai guider. Éliminer toutes les solutions jusqu’à une colle vraiment à mon personnage. D’ailleurs c’est une maudite entêtée celle-là! Un peu d’arrogance, un peu de réplique cinglante, un peu de magie et de l’émotion plus tard, je ressortais de ce combat satisfaite.

Il faut les laissé vivre par eux-mêmes. Vous avez passé des heures voire davantage de temps à peaufiner ce qu’ils sont, créer des êtres complexes qui semblent véridiques… Oui! vous êtes dieu, vous manipulez votre histoire comme bon vous semble, mais votre ressentis on s’en balance. C’est d’eux que vous parlez pas de vous. Acceptez que l’enchaînement de vos actions avec leur personnalité unique prenne leur pied et que vous y perdiez un peu la maîtrise. Plus vous laisserez leur personnalité se mettre en action( une phrase, une réplique, une émotion, un geste, un combat, un souvenir, etc) plus votre histoire s’enrichira et deviendra vrai. Vrai pour vous. Vrai pour le lecteur.