La fatigue

Une grande lassitude m’a gagné. Évidemment c’est sans surprise vu que j’ai eu une extraction de quatre dents de sagesse et d’avoir été prise pour cible par un virus violent et motonneux (désolé pour l’image). Ces deux éléments  n’ont pas aidé mon baromètre d’énergie, mais cette fatigue accumulée a eu pour conséquence de créer du retard dans mes projets.  Aujourd’hui j’ai mis le point final à une correction hasardeuse de plusieurs semaines. Tout ce que j’avais envie de faire ensuite était de m’écrouler sur mon lit et dormir! Toutefois, je me suis reprise. Je me suis préparé une salade de thon que j’ai mangée devant une série Netflix ennuyante (vu que mon objectif n’était pas de rester planté le reste de la journée devant le téléviseur; j’avais donc besoin d’une émission bouche-trou pendant que je mangeais.) Puis j’ai rempli ma cafetière d’eau et je me suis fait un café noir.

 J’étais désormais assise sur mon divan, sirotant mon breuvage chaud à me questionner sur la fatigue. Comment venir à bout de la fatigue? Comment continuer de travailler quand nos muscles endoloris refusent? Les yeux qui ferment, la mâchoire douloureuse à trop souvent bâiller.  Et notre fameux cerveau prit dans les brumes sans chance de trouver une idée brillante. Notre hamster a fait une crise cardiaque dans sa roue et nous sommes à la dérive, sans son guide.

Les gens parlent souvent de « la bonne fatigue » qui au final me rend perplexe. Je ne vais pas me réjouir à être fatigué, on s’entend là-dessus? Cependant, la subtilité de cette expression raconte plutôt une journée forte occupée, normalement épuisante qui permet au final de se coucher aisément l’heure venue. C’est-à-dire, dormir sans tracas ou sans trop de réflexions nuisibles.

Comment se manifeste alors la fatigue dans l’écriture? Est-ce que l’image d’un écrivain somnolant sur son clavier vous interpelle? En ce qui me concerne, c’est ma grande incapacité à me concentrer. Je ne suis pas crevée, mais plutôt agitée. Je suis incapable de rester sur place et fixer mon attention sur le travail à faire. Malgré mes plans et mon horaire de béton, je suis juste dans l’incapacité de m’asseoir sur ma chaise. Tout sauf ce que je dois faire devient automatiquement plus attrayant. Cette vaisselle qui traine depuis une semaine plus que jamais! Cette litière malodorante, changeons-la maintenant! Ainsi de suite…

Avec l’expérience j’ai compris que j’avais trois sortes de fatigue à repérer afin d’y poser le bon diagnostic. Ma première fatigue, la vraie qui me vient d’un rhume, d’une opération, d’une convalescence quelconque, d’un manque de sommeil, d’un stresse lié à xyz chose est fondé. Je dois m’en occuper dans les plus brefs délais afin d’éviter de creuser plus profond le problème. Comment? En mangeant bien, en dormant, en résolvant les problèmes de ma vie sentimentale, familiale ou professionnelle un à la suite de l’autre et de ce fait, diminuer le stresse. C’est normal d’être fatigué! C’est normal aussi de se reposer et de reprendre du mieux! C’est même plus que normal c’est recommandé! Écoutez-vous un peu!

Ma deuxième fatigue que je nomme : ma fatigue d’exister. Le fait de me lever chaque matin à 5h00, travailler 35 heures semaine, faire toutes mes corvées, l’épicerie, le manger… me fatigue! Je vis, donc je suis crevée. C’est une fatigue mentale et physique qui ne peut être si facilement retirée, mais qui devient rapidement une excuse de juste m’écraser sur le divan et zapper les canaux Netflix. Ma fatigue d’exister revient de moins en moins souvent, car après avoir connu l’effort joyeux bouddhiste j’ai réussi à concentrer mon énergie. En fait, en terme simple sans connotation religieuse, il nous suffit d’accepter les tâches quotidiennes, de lâcher prise, d’abolir nos résistances et d’y voir une gratification plutôt qu’une condamnation. Comme la neige tombant en hivers, nous n’avons aucun contrôle sur la météo. Ma fatigue est réelle et je ne peux la combattre en restant assis. Cela va me prendre plus de temps à finaliser tout ce que j’ai à faire et je vais retarder l’heure de l’écriture, mais j’ai besoin de vivre mon quotidien et de pas juste le zapper. La fatigue après avoir récuré ses toilettes devient alors plus acceptable.

Ma troisième fatigue est insidieuse et intelligente. C’est une petite voix de tricheuse à l’intérieur de ma tête qui essaye de me saboter. Tu mérites bien un repos! Arrête tu es fatiguée! Pourquoi est-ce à toi de faire ça? De toute façon tu es nulle! Tu n’y arriveras jamais! Cette fatigue est une menteuse et m’empêche de réaliser mes rêves. Chaque moment d’hésitation, elle est là pour me faire culpabiliser ou me perdre. Elle remet tout en doute! C’est elle qui me dit que je suis trop fatiguée aujourd’hui pour écrire… Mais c’est elle que je ne dois pas écouter puisque de toute façon, fatiguée ou non, elle ne veut pas travailler. Elle parle à mon côté paresseux et je ne peux lui permettre de gagner plus de terrain. Une fois que je l’ai identifié, je sais alors que j’ai une chose à faire : m’asseoir et écrire.

Reconnaitre ses fatigues demande une auto-analyse de soi. Pour cela, il faut vous écouter et être attentif à vos signaux. Par exemple, il m’arrive souvent que je sois lasse et sans énergie… et souvent c’est justifié vu que je n’ai rien mangé depuis des heures! D’autres fois, je suis enrhumée et je me dois d’arrêter. Encore, ma petite voix tricheuse me murmure des niaiseries et je me dois de me mesurer à elle, m’asseoir et travailler. En général, quelques minutes plus tard, la fausse fatigue s’est estompée et je réalise que j’ai un regain d’énergie important. Des fois, j’ai juste besoin d’un bon café pour tenir à jour mes objectifs… Et même si je vous donnais des centaines d’exemples il est important toutefois d’être à votre écoute afin de reconnaitre si la fatigue qui monte en vous est une bonne ou une sournoise qui essaye de vous saboter.