Je veux commencer un projet artistique

Pas de panique.

Respire.

Tu as le goût de faire des affaires, n’est-ce pas ? Une chose à la fois.

Notre temps est précieux. C’est pour ça qu’on l’échange contre de l’argent et qu’on négocie notre disponibilité. Si tu es dans la même situation que moi, j’ai 35 heures de réservées déjà. Je fais quoi du reste à part rêver ?

Déjà, ça ne sert à rien de te sentir coupable. Oui, mais Karine, il y a… Ts! Ts! je t’arrête ici. Peu importe,  tu te sens coupable présentement. Arrête d’y penser maintenant. Que tu sois sur un projet artistique comme écrire un livre ou autre envie de réalisation, tout commence par cette étape. Arrêter la machine mentale. S’asseoir et planifier.

Je viens d’un enseignement de commerces. Le PODC c’est mon quotidien. Qu’est-ce que ça veut dire ? Grossièrement, voici ton parcours à faire :

  • Planifier : Brainstorm, qu’est-ce qu’on a faire, fixer des objectifs…
  • Organiser: répartir le travail, coordonner
  • Diriger : prendre action, se mobiliser, terminer des tâches, trouver des alliés
  • Contrôler: prendre des décisions, valider si on répond à nos objectifs, tracker notre progression

La gestion peut paraitre complexe, ennuyante, sévère… Moi je trouve ! J’étudie enore pourtant, parce que jusqu’à maintenant, elle demeure une force dans ma sphère artistique. Et il se trouve, qu’au final, j’aime ça planifier !

Là, nous deux, on est à la première étape. On va brainstormer. Pour faire un remue-méninge, il faut savoir comment arriver à s’extraire tout ça de la tête, de façon un peu mieux ordonné.

Je vais te demander de répondre à trois questions:

  • Qui je suis ?
  • Quels sont mes besoins ?
  • Quels sont mes désirs ?

Va s’y, réponds instinctivement. Ce n’est pas en lien avec ton projet ces questions. C’est par rapport à toi. Qui es-tu, toi ? Que vaux-tu ? Que désires-tu ? Que te faut-il pour être toi, mis à part le toit et la nourriture ?

Pour l’écriture, Anaël Verdier nous demandait ce qu’on voulait ressentir en écrivant  et qu’est-ce que nous voulions faire ressentir aux autres ? Qui était l’auteur que nous voulions être. C’est la même chose. Donc, qui es-tu, toi ?

Ça ne se fait pas aussi aisément. Peut-être que tu es rendu à une étape de la vie où tu démarres ce genre de cheminement, de réflexion… C’est normal.

Prends le temps.

Fais-le sérieusement.

Puisqu’en temps de découragement, c’est à cette base que tu vas pouvoir t’accrocher. Car c’est toi et rien d’autre. Cela va te rappeler qui tu es et d’où tu viens.

Ensuite, il faut comprendre que ce n’est pas une course, mais un marathon. Il y a plusieurs obstacles, qu’on prend par séquence. N’essaye pas de tout faire en même temps, tu te brûles inutilement.

La planification consiste à prévoir ton projet. Certainement, il y aura des imprévus, mais de te faire une réflexion avant, permet d’en laisser moins échapper. Par exemple pour mon projet graphisme qui passe de comment trouver une image à concevoir une couverture hyper cool, il y a tout un monde. Alors j’ai débuté par rechercher et écouter des vidéos ( n’importe quoi !) pour me faire une tête de c’est quoi c’te bête-là. Juste pour me donner des idées, me permettre de visualiser dans quoi je m’embarque.

J’ai fait une Master list. J’y ai noté au fil de mes visionnements toutes les activités que j’ai à réaliser, toutes les connaissances que je veux acquérir, j’ai brouillonné des résultats que je voudrais avoir, etc.

Finalement, il faut prendre chaque activité et la décortiquer, puis passer à l’action. Passer à l’action insinue de mettre à notre agenda quand et où je peux exécuter la tâche. En plus pour mon plaisir, je marque mes séances et mes apprentissages dans mon Bujo. Ça fais jolie et je suis capable de dire, voilà, j’ai progressé ce mois-ci. C’est motivant et rassurant. Je me dis que j’ai vaincu l’inertie une fois de plus.

Et vous, comment se passent vos départs ? Planifiez-vous ? Sur quoi bûchez-vous ?