Je suis une criminelle

Va s’y. Assis-toi. Il faut qu’on se jase. Tu vas voir, après on va se sentir bien tous les deux. Il faut parfois, prendre un temps d’arrêt et s’expliquer les choses dans le blanc des yeux. Dans ce cas-ci dans la réflexion de nos écrans d’ordinateur. Il y a des sujets ultra importants dans la vie et… celui dont j’ai besoin de te parler c’est… n’en fait pas parti du tout!

Si tu lis ce blogue, tu as probablement déjà remarqué. Je n’ai pas toujours le temps et je ne suis pas parfaite non plus. Je ne veux pas passé ma vie à chercher la perfection non plus. Toi non plus tu ne devrais pas. Ça rend simplement malheureux. Donc…cette chose… Quand j’écris, il m’arrive parfois… ho mon dieu… Je suis anxieuse en ce moment! Ben… des fois.. souvent… Je fais des fautes…

Bah! Ouais! Je ne pige pas toutes les règles de français. Ça ou sa. c’est ou s’est. Quel calvaire! Et ouais! Il m’arrive qu’un S se perde, il est peut-être aller me chercher un café et il s’est perdu en chemin, qui sait? Un mot peut aussi avoir eu un hoquet et il en résulte qu’il est  horriblement écrit. J’en est fait saigner des yeux des pauvres diables qui supportent pas le mot mal écrit. Plusieurs même à cause de mes erreurs… Peut-être est-ce même arrivé toi aussi? On a du souvent te le dire… Le participe passé avoir s’accorde avec le complément d’objet direct! Au travail ce n’est pas professionnel les fautes! Ben quin toé, je ne fais pas un mauvais service tout de même? Bon sang! Les réactions… Comme une boîte de pandore qu’on ouvre, quand tu parles d’orthographe à un accro d’la langue, tu ne sais pas quels maux te tomberont dessus! Tant mieux qu’il y est ces types de gens qui oeuvre à libérer le français des entraves érigés par les écrivains comme toi et moi qui s’amusent parfois à trop décorer le sapin de noël avec des e, des s, pis des t en trop… Le tournis te pogne vite! Mais il y a heureusement ces braves qui combattent le mal…

Mais tu sais quoi, même si tu désirs devenir écrivain c’est pas ben ben grave. Tu vas finir par t’améliorer tiens! Si t’aime les mots… un moment donné, tu vas savoir comment les écrire à force!  Sté! Cette chose publique (mon blogue) que je laisse livré à lui-même dans un océan de critiques et aux regards intransigeants de certains Templiers du vocabulaire… Il y en a eu des erreurs. Et ça continue. Il y en aura toujours. Même après antidote. Je me mets le pieds dans la bouche encore. Mais j’continue d’écrire parce que j’aime ben ça. Et j’ai fini par abandonner la grande route pour me dire que j’vais bien aimer me promener sur les petites routes de campagne dans garnotte.

Dans mon blogue je suis moins inquiète maintenant je me dis au pire, il n’y a que moi qui le lit! Mais si tu lis et tu t’offusques, faut pas me jeter en prison. Je fais de mon mieux. Pour mes romans, je fais appels à des pro’ qui connaissent la langue dans tous ses caprices, je veux dire… dans toutes ses règles! Je me dis qu’au final, à chacun son métier! Pis tu devrais penser aussi à ça quand tu débutes dans cette passion pis que t’es plus ou moins doué. Faut pas s’arracher les cheveux de la tête pour un mot mal écrit! Un jour, si c’est vraiment ta vocation d’être écrivain(e) tu te trouveras des outils pour t’améliorer. Il y aura des gens en chemin pour te soutenir. Il faut juste pas baisser les bras parce qu’il y a des coquilles ou des phrases qui ne veulent rien dire. Ça arrive à tout le monde de réaliser qu’au lieu de deux mains tu as taper avec ta trompe d’éléphant. Faque relaxe. Relis. Courage.

Faire des fautes ce n’est pas le plus important. C’est inutile de te rendre coupable. Ça ne fait que nous décourager et l’écriture devient pénible. Pis oublie pas de continuer à t’amuser. Parce qu’au final, c’est pour ça que tu écris, tu aimes le bien-être que cela te procure, non?