Histoires d’un bloc # 11

Coalition de Polices

Je dormais à point fermé. C’est la tête de Pô qui était installé dans la paume de ma main, en bougeant, qui m’a réveillé. J’ouvrais les yeux avec difficulté. Au plafond, des lumières bleue, rouge et jaune sautillaient. Puis, avant même que je ne saisis de quoi il s’agissait j’entendais dans un anglais impeccablement rauque crier quelqu’un.

Une fois les draps relevés, je me dirigeais à ma fenêtre. Écornifleuse ou juste inquiète? Je ne saurais le dire. Toutefois juste vis-à-vis mon immeuble, quatre voitures de police étaient stationnés avec leur phare allumé. La personne qui criait était une femme d’un certain âge très intoxiqué. Cette femme faisait souvent le party la fin de semaine. Elle promène ses deux huskys en parlant toute seule. Elle s’engueule souvent aussi avec son copain.

Mais cette nuit-là, je crois qu’elle avait poussé le bouchon un peu trop loin. C’était une vraie fiesta dans ma rue. Quatre automobiles de police, à deux polices par véhicule ça fait une méchante gang ! D’ailleurs, le groupe en autorité était nonchalant entrain de rire sur le bord du trottoir. Ils alternaient tour à tour pour aller voir la dame ( qui ne se calmait pas du tout). Il y a même un membre du corps policier qui a accidentellement tiré sa sonnerie. Et va savoir comment un tel accident est possible.

Puis, une bonne heure et demie plus tard je pouvais enfin me rendormir.

Le calme

Cette semaine j’ai travaillé 56 heures. C’est pour vous dire qu’il n’y a pas eu grand-chose à l’horizon. Je me suis ennuyée de Pô et sûrement lui de moi ( en tout cas, il me donnait des caresses pour manger – on prend ce qui passe).

Ma réflexion est celle-ci, comment pouvons-nous profiter de notre caverne quand nous ne sommes jamais à la maison? Quand on sort tout le temps? Même quand on reçoit toujours un ami…on n’est jamais en symbiose avec notre environnement. On ne profite pas du calme momentanément pour être avec soi. Moi mon problème, c’est que je ne sors pas assez. C’est dur de m’extirper de mon trou! Comment arriver à un bon équilibre? Comment faîtes-vous ?

 

Internet

Deux mois. J’ai duré deux mois sans internet. Qui pourrait faire mieux n’est-ce pas? Je réalise que nous sommes tellement dépendants de ce service. Les programmes à la télévision ne me manquent pas. J’ai mes films et cela me suffit! Mais Internet! Juste pour mettre à jour mon blogue c’est d’une complexité. Et en plus que je ne veux pas sortir pour rien, pour que je prévois ma sortie internet (en général j’allais faire du lavage chez ma famille) !

Oh! Et tout le plaisir de choisir son nom de réseau. Moi ça sera la folle du logie. Ben quoi? Elle n’est pas très active faut bien que quelqu’un la remplace…et je crois avoir toutes les prédispositions pour cela. Je vis seule avec un chat…déjà c’est un bon départ non? Plus que trente autres et l’affaire est dans le sac!

Bref, j’ai Internet.