Écrire tous les jours Part 3 : Les montagnes russes

Il y a des jours qui seront plus faciles. D’autres, vous vous arracherez les cheveux sur la tête. On ne peut pas être toujours en maîtrise de notre séance d’écriture, il y a tellement de chose qui peuvent survenir… L’idée est de ne pas laisser les événements extérieurs nous perturbés ( pas trop longtemps en tout cas). Bref, vous vivrez les montagnes russes. Haut et bas. Parfois un plateau. C’est ainsi, mais on peut s’en sortir.

Une auteure jeunesse que j’ai été chez elle pour un travail scolaire Que vouliez-vous faire plus tard? demandait le travail pratique. À 13 ans, j’ai demandé à deux auteurs de me rencontrer.  Je voulais être écrivaine. Je le sentais dans mes tripes. Le premier conseil qu’un auteur que j’apprécie m’a dit en prenant un café avec moi : «c’est bien beau avoir des idées, mais faut savoir écrire.» Au début, je croyais je ne saurais jamais écrire. Que je faisais trop de faute! Les enseignants le disaient ; Karine a de la difficulté. Comment on fait alors? Cela n’est pas aussi simplet que juste apposer des mots sur une pages. Et pourtant, oui! C’est d’entamer une phrase, un paragraphe… C’est construire petit à petit. Reculer. Avancer. Stopper. Poursuivre. Apprendre. Échouer. Continuer malgré les épreuves. Mon deuxième conseil avec le deuxième auteure a été de prendre le temps de regarder la scène. De voir dans ma tête le film. Et de lire beaucoup. J’ai eu la chance de rencontrer un troisième auteur en atelier et il nous a dit : « prend ton inspiration et assis là sur une chaise.» Il n’avait pas tort. J’ai ensuite connu un auteur et coach français… Qui lit la pratique à notre état d’être. Oui la technique, mais toi, artiste, te connais-tu? Te regardes-tu aller? Que veux-tu? Transformation. Vent frais. Je continu. J’avance.

Aujourd’hui cela me frappe de plein fouet. Petite anecdote à petit conseil, me voilà mieux équipée qu’à mes 13 ans. Je suis outillée pour avancer. Quand je ne sais pas, quand j’hésite, quand je suis découragée je retourne vers mes sages de l’écriture. Je lis leur message. Je relis. Chaque fois, un nouveau mot, une phrase m’accroche. Aujourd’hui, j’avais juste besoin d’entendre ça et vlan! Me revoilà requinquée au max!

Qu’est-ce qui est différent maintenant qu’avant? Suis-je meilleure? Est-ce que je sais écrire plus et mieux? La montagne est-elle moins haute?

Pas pantoute. Désolé pour ceux qui avaient espoir. À chaque nouveau projet, les doutes, la peur.. tout reviens. Je sais quand je suis confiante et quand je ne le suis pu. Voilà la différence. Je me sens. Je me vis. Je sais qui je suis quand je suis en création ou à une autre étape. J’accepte mes fautes. J’apprends de mes échecs. Je ris de mes erreurs et je continus.

C’est normal. Ce n’est pas facile écrire une histoire. C’est amusant par contre! Et on apprend plein de nouvelle chose sur nous, sur nos aptitudes, nos contraintes, nos limites, notre résignation et notre obstination.

Écrire tous les jours vous ne serez pas en mesure de le faire. Pas tout de suite. Pas du premier coup. Pas toujours à long terme. Mais écrire ou n’importe quel art demande de s’y consacrer ( non se sacrifier nuance). Si c’est une corvée pour vous ( donc un sacrifice douloureux), il y a des chances que l’idée d’être romancier/ière est un fantasme du but et non du réel désir d’implication personnelle. Voir alors, à changer la direction de votre vie. Si au contraire, vous sentez votre coeur battre, que vous bouillonnez, êtes agité à l’idée de continuer, de poursuivre, d’atteindre un but flou ou non… Continuez et apprenez de ce chemin. La colère, la fatigue, la joie, l’espoir et l’échec sont l’un des sommets montagneux que vous allez franchir tôt ou tard. Si vous êtes toujours épuisés, demandez-vous pourquoi? Comment? Résolvez les problèmes un à un. Le plaisir est dans l’accomplissement, sur le chemin et vous apprenez quel genre d’artiste vous êtes et ce qui vous émerveille. Vous apprenez quels sont les thèmes qui vivent en vous. Qu’est-ce qui est le moteur de votre créativité. Vous saurez qu’est-ce que vous voulez transmettre dans vos histoires.

Écrire tous les jours, pas à pas avec patience, vulnérabilité et amour envers vous-même.