Découragement

Étrangement, chaque lundi, je revis la même chose : Le sentiment de n’avoir rien accompli ( de suffisant) pour mon rêve ce week-end. Ou du moins, qu’on ne s’y est pas assez intéressé. À quoi servent toutes ses heures si personne ne lit ? À quoi servent tous les sacrifices si je demeure cette auteure inconnue ? Ce n’est pas nouveau, de se sentir dépassé. Ce n’est pas que moi qui a cette peur du vide, de la non-existence… Tous les artistes y sont confrontés d’une façon ou d’une autre. Le seul conseil que je peux vous donner c’est keep going.

Transforme ton tiraillement intérieur en moteur de recherche pour ta créativité. Prend un papier, un pinceau, ton instrument et met noir sur blanc cette boule angoissante qui te ronge. Laisse la musique raisonner. Il est trois heures du matin, va s’y, mets tes écouteurs et entre dans ton univers.

La meilleure façon de combattre le découragement c’est de vaincre l’inertie. Je te promet qu’il y aura des moments où la bataille finira par un KO pour toi. Mais le plus chouette dans tout ça c’est que tu as des chances illimitées (comme quand il y avait le mode invincible dans le jeu de James Bond au Nintendo).

L’art n’est pas une ligne droite. Du moins c’est ce que je me suis convaincue à la longue. Il y a des étapes qui prennent plus de temps, comme celle de créer un réseau. C’est normal. Que ferais-tu si tu avais du jour au lendemain toute l’attention sur ton oeuvre que tu désirs ? Es-tu prêt (e) à l’assumer ? La seule chose à faire en ce moment c’est de continuer. Pose tes pieds, un après l’autre, regarde ce que tu fais, aime ton chemin… L’écriture a tellement de facette à explorer alors continue tes recherches. Prend de l’expérience. Écris. Tous les jours. Parle de tes livres. Tous les jours. Accepte qu’aujourd’hui cela ne va pas aussi vite que tu le voudrais et accepte de prendre cette énergie pour essayer autrement plutôt que de te rabaisser et broyer du noir.

Prend un morceau de papier si c’est nécessaire et provoque une conversation entre ton toi découragé et ton toi motivé. Sors de cette inertie avec créativité et humour.

« Tu soupires encore » lance Motivé.

« Personne ne m’aime » pleurniche Découragé.

« Viens là, tu as besoin d’un gros câlin. »

Découragé croise les bras. Il s’obstine à refuser l’offre de Motivé. Cette fois il ne m’aura pas, pense-t-il intérieurement.

Motivé a appris avec les années à être patient avec ce dernier, car il sait que Découragé a juste besoin qu’on attire son attention ailleurs pour réussir à lui remettre un sourire sur le visage.