Commence quelque chose… N’importe quoi ! Et souris.

Prendre action. Débuter. Se lever.

J’ai toujours de la difficulté à entamer quelque chose. Qu’il s’agit d’une tâche quelconque ménagère ou d’un projet d’écriture, pour moi la débuter est ce qui me demande le plus d’énergie (pour m’activer) et de confiance ( pour dire fuck you à M. Sabotage qui loge indéfiniment dans mon cerveau).

Sachez qu’écrire est de s’aligner avec la partie la plus intime de notre corps et de notre esprit. Pour parler de personnage, on parle de nos sentiments, de nos épreuves, de notre vécu… de ce qui nous appartient pour ensuite l’adapter, le déformer, le romancer.

Quand on veut se discipliner, quand on veut travailler c’est tout ce que nous sommes qui bouge avec nous.

Mettre l’interrupteur à off pour redémarrer le système le temps qu’on ne pense pas à la tâche et après tout allumer pour utiliser ce que nous sommes pour le projet avec les erreurs, les défis et les peurs qui sont au démarrage. C’est dur.

J’ai trouvé dans ma très courte pratique de la méditation tibétaine, une qualité que je ne croyais jamais pouvoir développer. (Loin de moi l’idée de vous convertir). Il y a dans cette philosophie de vie, des éléments qui m’aident quotidiennement et dans l’avancement de mes projets d’écriture.

L’effort joyeux.

Au détriment du résultat, de la paresse qui nous envahit, de nos peurs, de notre charge de boulot, il suffit juste de remplir son être de joie, d’exécuter la tâche dans cet état et de la remercier d’exister.

Par exemple, j’ai une idée en tête pour une histoire. Elle me turlupine depuis des jours ! J’ai cent projets en cours (exagération) ou mon dernier manuscrit a été recycler par une ME (dramatisation)… Je ne veux même plus essayer quelque chose !

Lève-toi. Souris (essaye fort fort fort). Même si tu as l’air idiot (e), même si tout t’empêche d’avancer…

Pense.

Mets-le sur papier.

Ne te critique pas.

Continue de sourire.

Continue de t’inonder de la joie d’être là.

Tu es en train de faire ce quelque chose.

N’importe quoi. Mais c’est là. Ça existe en dehors de toi maintenant.

Le simple fait d’avancer un petit peu plus aujourd’hui goûte bon.

Alors le remède miracle pour commencer, c’est quoi ?

Il n’y en a pas.

S’il te plait, ne grogne pas.

Souris.

Même si cela t’enrage.

Même si tu doutes de toi.

Même si tu recommences, pis tu recommences…

Commencer veut dire aussi, faire exister… Alors, existe dans l’action. Et je te jure qu’après ces actions dans la joie candide, tes manœuvres mentales changeront ( tes évitements, tes frustrations). Ton attitude face aux choses angoissantes ou ennuyantes changera.