Choisir son correcteur

Vous êtes arrivés à cette étape fatidique. Celle-là qui vous angoisse au plus au point. Ce moment de jugement, de remord et de grande sueur. C’est-à-dire, la correction! Certain on la chance d’avoir du talent, une facilité ou voire même une bonne capacité d’apprentissage en la matière. Cependant, il y en a d’autre qui sont des désastres sur deux pattes. Alors, vous faîtes le choix d’aller chercher de l’aide. Et si trouver un bon correcteur pouvait être une tâche agréable dans votre processus artistique? N’est-ce pas le moment de faire regarder votre texte par un œil avertie? Je souhaite avec ce petit article très humble permettre d’éclairer quelques anxieux qui ne savent pas où donner de la tête.

Suis-je rendue à la correction?

Selon moi, la première étape de ce processus est de vous demandez si vous êtes en effet rendu à cette étape. Il est facile de le déterminer. JE vous parles évidemment de mon propre processus de correction qui comporte plusieurs phases afin qu’une fois arrivé avec le correcteur(trice) je suis sûre de ne pas débourser de l’argent inutilement. En auto-édition, l’importance de diminuer ses coûts est primordiale. Au niveau d’une maison d’édition en général, le correcteur est fournie. Mais vous pouvez être de ceux qui veulent mettre au maximum leur texte en valeur ( qualité de la langue par exemple) avant de demander le soutient de votre éditeur.

Normalement, quand j’ai écris mon histoire, je la dépose pour un temps. Dépendamment de la longueur du texte, je peux varié entre deux semaines et un mois. Ensuite, je le reprends, rafraichis et énergique et j’exécute ma première relecture afin de voir les erreurs de chronologie, de personnage, de personnalité, d’atmosphère, etc. Est-ce que c’est bien ça que je voulais? Est-ce que c’est monotone? La poésie est-elle belle? Une vue d’ensemble en bref. Ensuite je la relis une seconde fois pour voir les problèmes de syntaxes et les fautes qui à mon niveau son possible d’être remarquer. Par exemple, des s, des temps de verbes, des problèmes de syntaxes, le vocabulaire. Je me dirige ensuite vers mon béta-lecteur attitré qui est en soi une étape très souffrante. C’est là que le sens que je croyais et le sens que j’ai écris doivent corresponde. C’est à ce moment-là que mon lecteur me dit, ajoute ça ou enlève ça. Met plus de poésie et ici je ne comprends rien… Des fois, un lecteur ou deux lecteurs différents peuvent être d’une grande utilité! Finalement, je reprends mon texte pour la troisième fois, le corrige de nouveau, améliore ce que mon béta-lecteur m’a suggéré ( ce qui est très pertinent en général) et alors…seulement là, je crois que je suis mûre pour aller chercher un correcteur professionnel.

 Trouver des correcteurs:

Il y a plusieurs endroits où les dénicher. Facebook et internet offrent une grande facilité à communiquer avec eux et voir rapidement leur sérieux. Vous pouvez aussi vous adressez aux facultés en éducation, des jeunes aux études, qui vont devenir professeur. Vous pouvez poser des affiches, passer des messages dans les journaux, etc.

Parfois, le bouche à oreille peut faire des miracles.

Choisir son correcteur:

Première, il n’y a pas de presse! Alors prenez votre temps de parler avec la personne et de comprendre son mode de fonctionnement. ( correction ou réécriture? ). Il est important d’avoir un contrat clair, le montant chargée et les retouches possibles ( au mot, à la page ou à l’heure).

J’ai fait l’expérience de trois correcteurs et je dois dire que je suis complètement en amour avec celle qui a élevé ma nouvelle le bateau fantôme. Non seulement, elle était compétente, mais elle a pris par au projet de façon inattendue en travaillant avec moi plutôt qu’uniquement sur le texte. Nous avons, à la fin de sa correction, vu ensemble les détails de mes erreurs ce qui me permet de m’améliorer pour la prochaine fois. Donc, quel genre de relation auteur-correcteur avez-vous besoin?

Le choix de la personne doit aussi s’arrêter sur sa capacité à vous comprendre. C’est-à-dire une correctrice française ou québécoise? Votre texte est-t-il en français international ou très local de votre quartier? Ceci peu avoir un incident important dans la correction. Pour l’avoir vécu, ce n’est pas très agréable… Il faut être en mesure de vous comprendre!

Si vous êtes incertain à l’idée de faire corriger trois cent page, vous pouvez donner les 20 premières pages de votre manuscrit. En général, elles sont représentatives de votre qualité de français. En demandant la correction de ces pages vous avez une idée claire pour le reste du texte. Alors il vous suffit de corriger le restant avant de donner l’entièrement de l’œuvre au correcteur.

Un autre petit truc si vous êtes incertain du votre choix, vous pouvez demander avant toute signature et dépôt monétaire, un exemple d’une page de votre manuscrit. En général, si le correcteur est de bonne fois, va accepter. Cette seule page de test vous permettra de voir sa façon de travailler avec votre manuscrit. Il y a certain professionnel qui peuvent vous soumettre des exemples de contrat passé. Le mot d’ordre ici est: pouvons-nous bien travailler ensemble et être tous les deux satisfaits?

Les coûts peuvent varier, mais il n’est pas un indicateur de bonne ou de mauvaise qualité. Avant même de négocier ce point, assurez-vous que sa personnalité, sa façon de travailler et son interaction vous mettent en confiance. Même s’il a un diplôme, si vous ne pouvez pas le sentir… On passe au suivant!

Finalement, peu importe le correcteur choisit, il ne faut pas espéré que votre texte soit un chef-d’œuvre ou systématiquement accepté par une maison d’édition par la suite. Il faut voir cette étape en tant que formation pour votre métier d’auteur.  Plus vous prendrez soin de votre propre texte, plus la correction sera allégée… Alors au moment de faire le pas en cette direction, assurez-vous que vous êtes sincèrement rendus à cette étape.

Les mots-clés de la recherche d’un correcteur/trice:

  • S’assurer d’être rendu à cette étape;
  • Analyser ses besoins ( correction, réécriture, juste les verbes, un avis, etc);
  • Prendre son temps pour choisir;
  • Vous devez être en confiance avec cette personne;
  • La communication et la compréhension doivent être évidentes entre vous;
  • Sentir que sa façon de travailler est bonne pour votre objectif recherché;
  • Prévoir un contrat clair entre vous pour éviter des frustrations futures, des mésententes et autres problématiques;
  • Rechercher une relation à long terme plutôt qu’une rapide correction.