Histoires d’un bloc # 2

La construction durant la nuit

Si ce n’est pas le chaton qui attaque mon visage la nuit c’est de la construction nocturne qui me réveil! Il n’y a rien de plus agressant que de se réveiller par les cris de Monsieurs des constructions. Avance! Ok! Coule! Tabar***! Ça bien l’air que les rues de Montréal sont bloquées partout et que même la nuit, on doit se faire chi** ! Non. Coulé du béton à minuit ce n’est pas une idée brillante, madame la mairesse.

La table de verre

Un chaton.

Sous une table basse en verre.

Un objet intriguant sur le dessus.

Un seul saut.

Pauvre minou…

Le chat qui haletait

Que tombe la pluie sur nos âmes défraichies et que…non! Pas cette semaine! On a eu notre quota ! C’est le beau temps qui commence! Enfin! Vivement la chaleur et l’été! La crème glacée et les orteils dans la piscine et…c’est quoi ce bruit étrange? On dirait que quelqu’un s’étouffe ?

Pô? Pô qu’est-ce que tu as? Tu as la bouche grande ouverte et tu cilles étrangement. Pô tu viens de déposés ta tête sur le rebord de ton bol d’eau…Tu sembles faible. As-tu chaud Pô?

Non. Ce n’est pas mignon tout de suite un chat qui crève de chaleur. Le pauvre petit ( qui on va se l’avouer est incapable d’arrêter de jouer) est entrain de haleter.

Comment je peux protéger mon tout petit compagnon? Vite! Vite! Internet donne-moi des réponses!

 Alors voilà les conseils que j’ai récupérés que je vous transmets amoureux des créatures à poils.

  1. Trouver un endroit au frais, à l’ombre pour l’animal;
  2. Lui offrir suffisamment d’eau à proximité;
  3. Lui mouiller les pattes, le museau et dessus les oreilles ( pas dedans);
  4. Idéalement un air conditionné ( don super généreux de mon papa= minou très heureux après ça).

L’animal peut être amorphe et roupiller. C’est normal. Le chat aura tendance à se laver beaucoup et c’est aussi très normal, car il sécrète dans sa salive une protection. Il ira souvent à la toilette et c’est pour cette raison que les bols d’eau vous pouvez en mettre plusieurs dans votre maison pour être sur qu’il s’hydrate suffisamment. S’il vomit, consultez un vétérinaire ou une urgence animale rapidement. ( à regarder d’autres signes : les selles, les tremblements, les miaulements excessifs, l’absence d’urine, le chat scilles et/ou  respire avec difficulté/bruyamment )

Clou et thon

J’invitais mon amie pour un souper dans mon nouvel appartement. Salade de thon! Je cherchais dans mes armoires mon ouvre-boîte pis…hum…non je n’en avais pas. Pourquoi je n’ai pas d’ouvre-boite quand j’ai plein de cannes? Au risque de décevoir mon amie, j’ai dû me débrouiller…avec des clous et un marteau. Le seul problème c’est qu’on doit désormais aller à l’hôpital pour prendre notre piqûre contre le Tétanos. .. 😉

Histoires d’un bloc # 1

L’introduction

Voilà ! C’est fait! J’ai emménagé! Il s’agit de ma troisième tentative…La première fois c’était plutôt catastrophique. Jeune étudiante à temps plein, travailleuse sur les temps qui me restaient de disponible… J’avais une mama Italienne qui surveillait mes moindres gestes. Elle cuisinait dans le sous-sol et je ne vous dis pas les odeurs que j’avais! ( non ce n’est pas un souvenir agréable). Elle m’amenait beignets maison et spaghetti. Gentille, mais trop colleuse. Elle s’assurait même que je ne bloque pas ses tuyaux avec mes cheveux…Si je devais résumer : Mon lit était au même endroit que je chiais et que je mangeais (vivement les 1 et demi).

En ce qui concerne mon deuxième appartement (disons plutôt une adoption humanitaire), mon frère m’a hébergé temporairement. C’est-à-dire une temporalité de deux ans ( on aura sûrement l’occasion de s’en reparler). Puis est venu le moment, de déployer mes ailes de nouveau et de partir à l’aventure. Tout s’est passé très vite! Kijiji m’a rapidement aidé à trouver un appartement dans un petit bloc sympathique. En fait, je ne suis pas partie bien loin. Ma rue est perpendiculaire à mon ancien logement ( six minutes de marche). Mon bloc se situe aussi juste à côté de celui de mes grands-parents ( une minute de marche avec le vent dans le visage ou quarante-cinq secondes si je déboule les marches).

Entre crainte, solitude, joie, rire et fierté, vous trouverez au fur et à mesure de vos lectures l’opportunité de me connaitre davantage. Je ne prétends pas à rien ni vous apprendre quoi que ce soit ni vous promettre des certitudes. J’espère juste vous exposer le plus fidèlement mes impressions, mes sensations et mes émotions.

Comment je compte vous raconter ma folle aventure ? Eh bien! Chaque semaine ( bon ça ne va pas bien je suis déjà en retard sur la publication dès la première semaine…) je vais publier un article. Cet article aura des titres (percutants). Vous aurez le choix de tout lire ( et je vais vous aimer beaucoup) ou de lire ce qui vous intéresse selon votre préférence( je vais vous aimer beaucoup quand même aussi). L’article le plus récent sera toujours on the top.

Sur ce, bonne lecture!

 

 

L’écornifleux

Pour ceux qui ne savent pas ce que c’est qu’un écornifleux, en voici le résumé : Une personne qui est à l’affut de vos moindres mouvements ayant pour objectif de monter un dossier négatif contre vous ou tout simplement par intérêt étrange de savoir qui vous êtes. L’écornifleux apparait toujours dans un coin sombre, prétexte avoir à faire sur le bord de votre clôture tout en espionnant votre cour arrière. Il peut même, par tous les hasards apparaitre devant vous dès que vous mettez le pied à l’extérieur de votre doux logis.

Chose à savoir sur l’écornifleux, nous en avons tous un dans notre quartier. Autant vous faire ami avec il/elle rapidement, car cette personne détient d’importantes informations sur votre secteur ( et sur vous par la même occasion).

Donc, cet écornifleux, mon nouvel appartement ne fait pas exception à la règle. Il est sur  mon étage, de biais à mon logement. Dès les premiers instants où j’ai débuté le grand déménagement, il était là, ouvrant sa porte à mon passage pour vérifier quelque chose. Un monsieur fort sympathique avec un chapeau de cowboys. Une personne d’un certain âge tout sourire et aux blagues qui se veulent drôles ( je les ris quand même hein! Je ne suis pas un monstre).

Maintenant que j’ai repéré la personne qui détient la charge de surveiller les lieux. Il est de mon devoir de me faire ami durant les prochains jours.

 

La folle du logis

Elle aussi est un personnage essentiel au bon déroulement de votre quartier. Folle ou parfois fou du logement ( quoique plutôt rare), c’est une personne qui vous parlera chaque fois qu’elle aura l’occasion de vous croiser. Cette dernière aura des discours incompréhensibles ou des allusions à la vie de tous les jours qui vous feront sourire. Sans folle du logis, la vie est un peu terne. Vous n’entendez personne crier, personne ne vous parle du temps qu’il fait à l’extérieur ou de la grande Tante malade qu’elle doit s’occuper avec dévotion.

J’ai eu la merveilleuse opportunité de la rencontrer dès le premier jour du déménagement. Une femme plutôt grassette, aux yeux ronds et aux regards remplis d’une malicieuse démence. Avant de vous écrire ma première conversation avec cette dame, il faut savoir une chose importante à son sujet : elle n’est pas méchante. Elle semble égarée, prête à vous attaquer, mais elle est malheureusement souvent sur la défensive ou elle parle juste très fort. Ne pas la contredire ni non plus faire sentir votre irritation; n’essayez pas de converser avec elle et trouver le point de rupture ou vous pourrez lui dire bonne journée tout en vous sauvant sans vous retourner. Surtout, n’oubliez pas, ne montrez pas votre peur. Parlez plus fort qu’elle si jamais elle entre dans votre zone de confort. Cela va la repousser.

Donc voici notre échange très prometteur que nous avons eu. J’étais avec mon père et nous faisions l’allée retour dans le lobi pour déposer les boîtes près de l’ascenseur. La dame se présente, regard sévère. Elle est contrariée.

– C’est à vous la voiture là?

– Oui, répondis-je avec un grand sourire.

– Ben! Éteignez-le! Ça entre dans mon appartement.

– Pardon?

– Le moteur entre dans mon appartement. Déplacez votre auto.

– Madame…mon auto est fermée.

– Non il fonctionne.

– Ce que vous voyez qui fonctionne ce sont les clignotants de détresse, mais le moteur n’est pas entrain de rouler. Rien n’entre dans votre appartement.

Elle quitte la scène. Je ne peux déterminer à ce moment si elle est satisfaite de ma réponse ou non. Elle semble toujours contrariée…

Le déménagement

Trois jours. Quatre personnes. Deux automobiles. Un meuble de magané. Les statistiques sont plutôt bonnes! Bravo à l’équipe du tonnerre!

Pis oui, on a mangé de la pizza.

 

L’adoption

 

Quand tu as une sœur, qu’elle colle à ton appartement et que cela devait juste être temporaire, il y a qu’une seule solution envisageable : négocier son prix. Pis mon prix à moi c’était Pô.

Pô est un petit mâle noir et blanc de trois mois. Il a quatre pattes blanches et un museau rose. Il a aussi de belles petites moustaches blanches. C’est un chaton adorable, enjoué et qui a du mordant! J’ai fait deux refuges avant de tomber sur lui chez Nature. Il était tout sage dans sa cage de verre et attendait juste ça me rencontrer. On me l’a mis dans mes bras et il s’est mis à ronronner. C’est à ce moment précis qu’il m’a piégé cette petite bête. Je me sentais spéciale et aimée.

Dans les refuges, j’en ai pris des chats. J’en ai caressé avec des gants, des draps sur moi pour éviter de contaminer d’un à l’autre…ces chats étaient craintifs. On faisait tout pour me dire que ce n’était pas le profil que je cherchais. Je l’aurais pris moi le petit roux à trois pattes totalement espiègle. Mais on m’a dit que c’était un petit monstre et qu’il fallait être prêt à ça. J’étais prête! Mais on m’a dit que ça demandait du temps. J’avais du temps. Mais on m’a dit que les chats, ça n’aimait pas ça être dans nos bras ( 90% à ce qui parait). Alors j’ai compris que les refuges ne voulaient pas que j’adopte. C’est fou hein?

Pis je me suis dit entre un refuge qui récupère des chats abandonnés ou une animalerie qui crée les usines à chat, qu’est-ce qui était le mieux au final? Ben c’est ça! C’est partout pareil.

Chez Nature, on m’a bien accueillit. J’ai pu jouer avec le petit chaton une bonne trentaine de minutes. Non merci madame je ne veux pas voir les autres. Il est bâtard avec son blanc et son noir. Il est « simple », mais ce chat me va bien. Je veux dire, il est à l’aise. Il vient dans mes bras, me mordille sans problème et je le vire sur le dos pis il aime être brassé.

Pô s’appelait Doris avant. Il vient d’une famille avec plusieurs petites sœurs et frères. Ces derniers ont été adoptés. Lui il est resté avec sa famille humaine, mais la petite fille est devenue très allergique. Alors Doris est allé direct chez nature. Encore bébé. Abandonné. Mais Doris quand elle est arrivée, c’était plutôt un il. Oups! Petite erreur. Alors Doris est devenu Boris. Boris a été aimé par le commerce d’animaux. Les employés sont venus lui faire adieu à la caisse quand mon frère me payait le chaton. Parce que c’est ça qu’on fait même si on le nie ; on achète des êtres vivants. Pis Boris je n’aimais pas trop son nom. Ça faisait gros méchant russe. Plusieurs jours après l’adoption, je faisais le ménage dans mes DVD et j’ai vu le film de Kung Fu Panda. Mon film que j’écoute au moins mille fois par année. Un film qui me fait du bien. Un bon film d’animation avec de belles valeurs et de beaux dessins. Alors je me suis souvenue de Pô, le panda fou-fou et gras qui protège la vallée en étant lui. Je venais de trouver le nom de mon petit chaton. Pô, la furie nocturne qui attaque mes narines.  <3

 

La concierge

Quelques mots sur la représentante du propriétaire du bloc. Elle soupire à chaque demande que je fais, incluant une clé de rechange (dont je paye un dépôt).   Prenons l’exemple et expliquons-le d’une autre façon pour vous aider à visualiser mon embêtement. Un chirurgien qui dit à son patient qu’il ne va pas l’opérer aujourd’hui parce qu’il est tanné que les gens malades lui demandent d’être opéré. On pourrait se dire : quel culot! Il ne veut pas opérer ses patients. Ben si tu n’aimes pas opérer, ne devient pas chirurgien. Exactement comme cette concierge. Si tu ne veux pas qu’on te demande, car tu es la référence sur les lieux, ne deviens pas concierge d’un bloc (trois blocs appartement en fait; ça en fait des gens qui pourraient te demander quelque chose ça).

Postscriptum: sérieux! Moi le monde qui sont en service à la clientèle qui n’aime ni les gens, ni se répéter…kossé tu fais là dedans cibole?

L’incroyable système D ( Ikea Remix)

La chose qui m’a le plus marqué est l’incroyable ingéniosité que mon père a su avoir. Il faut savoir que ce dernier a été ouvrier de maintenance de carrière. Donc les déménagements, ce n’est pas quelques choses qui lui faire peur. Ni de bouger, ni suer, ni lever des choses lourdes… Yé hot point barre.

Et le système D veut dire en fait le système débrouillardise! Je vous explique tout de suite pourquoi. Plutôt que de porter une boîte à la fois, il est très brillant d’utiliser un petit chariot. Mais mon père ce n’est pas le genre à faire dans le facile. Il aime patenter  les choses et (venant du réseau de la santé ou les outils, la technologie et l’aide sont déficientes) il a du improviser avec ce qu’il avait sous la main. Soit, une table IKEA et des roues. Vous voyez ou cela mène? Bin quin! Il l’a créé seul son chariot! Pis il marchait bien en plus de ça!

 

Histoires d’un bloc

Qu’est-ce que nous ressentons lorsqu’on emménage? Notre tête est-elle positivement illuminée d’idée préconçue ou chaque pas est une impression d’affronter le tapis bouillant d’un sol de magma? Nos voisins sont-ils des types sympas, tranquilles qui nous amènent un panier de fruits ou des vampires assoiffées de sang torturant notre esprit?

Entre réalité et fiction, je vous invite à parcourir mon expérience du Bloc appartement. Chaque semaine, une nouvelle histoire qui sera vous émouvoir, vous versez une larme (peut-être), rire aux éclats…ou pas pantoute! Soyez au rendez-vous dès la première semaine d’août 2017!