Et si je ne t’avais pas eu à mes côtés, qui aurait compris ma douleur?
Lettre par lettre, me mettre à nue devant toi
M’exprimer et pleurer sur le blanc si rassurant de tes pages
Coucher les mots qui font mal
Silencieusement, crier ma haine
Tendrement, être consolé
Car entre toi et moi, il n’y a pas de bémol
Il n’y a pas de non-dits
Il existe que cette histoire que j’écris et celle
que tu lis avec attention.

Pour ces jours où la foi nous abandonne, pour ces nuits où la tête réfléchit trop, pour ses cœurs qui tremblent quand plus rien ne va…L’écriture nous sauve.